Economie

De NUMERICUM
Aller à : navigation, rechercher


Dans les faits un réseau maillé n'est pas financé par ses utilisateurs, mais par ceux qui ont intérêt à ce que le réseau soit utilisé. Les monopoles des télécommunications ayant été abrogés au profit de l'industriel (multi)national, ces intérêts sont privés et se retrouvent de fait en coopétition commerciale. Il leurs faut donc eux-mêmes trouver une source commune qui ait intérêt à ce que l'ensemble de leur économie prospère. Ils l'ont trouvé sur l'internet par la dilution des données au service de la publicité. La richesse se sont les données d'intérêt commercial commun fournies par les utilisateurs de connaissances (ce qu'on accède par souci d'information). Il en résulte que l'internet n'est pas un service aux utilisateurs, mais aux vendeurs qui le paient (serveurs, sites, informatique, staff) en vendant aux commerçants les données qu'ils obtiennent des cyberbadauds. Il en résulte que moins une connaissance attrayante sera précise et utile plus ils gagneront d'argent.


Par ailleurs, si l'on y regarde bien, l'internet est bâti et développé pour combattre l'atténuateur de la diffusion de connaissances inutiles qui est le savoir. Si je sais déjà pourquoi me rencarderais-je ? Ce qui va m'intéresser n'est plus de comparer des propositions, mais de trouver celle qui me plait en faisant appel au savoir des autres : en utilisant la synergie du réseau. Mais il y a deux niveaux où cela peut se passer :

(1) en en discutant avec les autres (youppie ! cela fait encore plus de blablabla que la mal connaissance) ..
(2) en faisant appel au "net learning", quand le réseau engrange les savoirs, les traite et vous les restitue intelligemment : c'est quand le réseau travaille pour vous. Cela s'appelle les "services étendus" du réseau lui-même, créateurs de "négentropie", d'un "plus" réseau. Catastrophe ! le partage de blablabla du blabla-space décroit. Les gens savent ce qu'ils veulent. Ils ne sont plus des consommateurs empublicités, mais des acheteurs informés.

Pour arriver à cela il faut non plus que l'intelligence soit en périphérie du réseau, mais au coeur du réseau. C'est le réseau qui va utiliser les données pour apprendre. Le problème est dès lors de savoir au profit de qui ?

Si vous regardez bien l'économie d'un réseau sans service étendu, il se développe de façon simple :

  • (1) un service, qui devrait être standardisé pour tous, manque.
  • (2) des entreprises le proposent en compétition (en périphérie : edge providers) gratuitement au nom du "partage" qui va déocratioquement de soi sur un réseau
  • (3) Le plus gros rachète les plus petits ... et ne partage pas.
  • (4) Il a recréé un monopole dans son domaine. Pour lui. On appelle cela un "monopole radical" ou un "monopole marché" (les GAFA). Il ne s'agit plus d'un monopole d'Etat visant une neutralité des services à prix démocratique, mais d'une mainmise sur les communs. Et cela va jouer pour augmente sa position par le financement de la R&D (cf. RFC 3869). SVP, lisez au moins celle là. Les RFC sont les standards de l'internet.

Le sommet mondial pour la société de l'information a identifié quatre pôles de gouvernance : domaine régalien, société civile, domaine privé, organisations internationales. La situation ci-dessus résulte d'une hypertrophie du secteur privé. Il appartient aux Etats, aux ONG et à nous d'envisager la manière de répondre au problème posé.